Actualités viticoles

Réduction du coût du travail permanent Le projet de « taxe sodas » va bon train

Publié le mercredi 28 septembre 2011 - 10h22

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Bernard Reynès, député UMP des Bouches-du-Rhône, défend à Bruxelles son projet de taxer les sodas pour abaisser le coût du travail permanent en agriculture. Le gouvernement et lui ont auparavant dû accorder leurs violons sur les objectifs de la mesure.

Bernard Reynès continue à défendre âprement son projet de taxer les sodas pour abaisser le coût du travail permanent en agriculture.

Le gouvernement et lui ont toutefois dû accorder leurs violons sur l’impérative affectation des produits de la taxe aux employeurs agricoles. Et contrairement à ce qu’avait annoncé le Premier ministre, François Fillon, lors de la présentation de son plan de rigueur au mois d’août, l’enjeu n’est pas la lutte contre l’obésité.

« Ma proposition ne s’appuie pas sur des arguments de diététique, car il faudrait alors ouvrir le débat aux barres chocolatées, chips… Et la liste est longue. C’est plutôt de dénoncer une niche fiscale, car ces produits ne sont pas issus de la production agricole et ne devraient pas bénéficier d’une TVA à 5,5 % », insiste Bernard Reynès.

Dans ces conditions, les producteurs de boissons gazeuses auront du mal à crier à l’injustice… Coca-Cola est d’ailleurs revenu sur son « chantage aux investissements » : la filiale française du groupe de boissons avait réagi à l’annonce de la taxe en annonçant la suspension d’un investissement de 17 millions d’euros prévu pour l’usine de Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) en 2012. Mais Coca-Cola Europe a vite démenti ces intentions.

« Aujourd’hui, le président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture soutiennent ma position », assure Bernard Reynès, qui poursuit ses allers et retours entre Paris et Bruxelles pour démontrer l’eurocompatibilité de sa proposition.

« Le dialogue va continuer jusqu’au dépôt de l’amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale, en octobre, indique-t-il. L’objectif est que les employeurs agricoles puissent compter sur une réduction de charges significative, c’est-à-dire d’au moins un euro, dès janvier 2012, conformément aux engagements du gouvernement. »

A. Ca.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin